Date précédente
Date suivante

Dimanche 11 juillet

Duo Æoline

Programme

Georg Philipp Telemann (1681-1767)
Sonate Methodishe d-moll TWV 41:d2
Andante – Allegro – Tempo Giusto – Vivace – Allegro

Johann-Sebastian Bach (1685-1750)
Sonata per la Flaute Traversière e Basso e-moll BWV 1034
Adagio ma non tanto – Allegro – Andante – Allegro

Georg Philipp Telemann (1681-1767)
Sonate Methodishe e-moll TWV 41:e2
Grave – Vivace – Cunando – Vivace

Tomaso Albinoni (1671-1751)
Sonata a flauto solo e basso in la minore
Adagio – Allegro – Largo – Vivace

Guy-Baptiste Jaccottet

Passionné par l’orgue sous toutes ses facettes, Guy-Baptiste Jaccottet (1998) étudie dans la classe de Benjamin Righetti (Lausanne) où il suit actuellement un cursus de Master en pédagogie. Profondément attiré par l’improvisation, le spectacle et le cinéma, il est titulaire de l’orgue du Théâtre Barnabé et organiste assistant à l’église Saint-François de Lausanne. Dès août 2020 il prend ses fonctions comme organiste titulaire au Temple de La Tour-de-Peilz et comme professeur d’orgue au Conservatoire de Montreux-Vevey-Riviera (CMVR).

Comme soliste, cinéconcertiste ou en ensemble, il donne une quarantaine de concerts par année, notamment dans des cadres privilégiés et prestigieux (Verbier Festival, Festival internazionale di musica organistica di Magadino, Festival l’orgue fait son cinéma à Genève, Festival Bach de Lausanne, Davos Festival). D’autre part, son activité de compositeur est reconnue en 2016 par le Premier Prix et le Prix du Public du concours international de composition Musique nouvelle pour flûte à bec ainsi que par la publication de ses oeuvres pédagogiques par l’association Kinder an die Orgel (sortie 2020).

Friand de nouveauté, mais respectueux des traditions, il reçoit en 2019 la Bourse pour le talent et la créativité de la Fondation Casino Barrière.

www.guyjaccottet.com

Charlotte Schneider

La flûtiste à bec suisse Charlotte Schneider (1997) débute son cursus musical à Neuchâtel. En 2014, elle obtient son certificat de fin d’études préprofessionnelles avec distinction au Conservatoire de musique neuchâtelois et est lauréate du prix du Lions Club Neuchâtel-Rives-et-Vallées.

Elle rejoint ensuite la classe de Jan Van Hoecke au Conservatoire de musique de Lausanne.

En 2019, elle obtient avec succès son diplôme de Bachelor en flûte à bec la Schola Cantorum Basiliensis dans la classe de Conrad Steinmann. Elle poursuit actuellement ses études à Bâle en Master de pédagogie dans la classe de Han Tol pour la flûte à bec et de Marc Hantaï pour le traverso.

Depuis 2019, elle enseigne la flûte à bec dans une école de musique en Argovie.

Charlotte a l’occasion de se produire dans le cadre de plusieurs festivals internationaux en tant que soliste et en musique de chambre, tels que le Fringe du festival de musique ancienne d’Utrecht et du festival MA de Bruges ainsi que le festival de Lussan (FR) « Entre ciel et garrigue » organisé par la compagnie l’Avant-Scène Opéra.

Le chant, la flûte traversière, le théâtre, et l’opéra viennent compléter sa formation musicale.

Passionnée par la musique de chambre et les arts de la scène, elle se produit régulièrement en Suisse et à l’étranger avec diverses compagnies et ensembles tels que Hortus Amoris (musique ancienne), Ensemble Phaedrus (traverso renaissance), Duo Aeoline (flûte à bec et orgue), Compagnie de l’Avant-Scène Opéra, Compagnie du Théâtre Entracte,…

En 2017, elle co-fonde Echo Temporis Consort (ensemble de flûtes à bec renaissances) et elle est présidente de l’association Barocc’opéra depuis sa création en 2018.

Elle est lauréate à plusieurs reprises (en solo et musique de chambre) dans des concours régionaux et nationaux à l’instar du Concours Suisse de Musique pour la Jeunesse.

Duo Æoline

Le Duo Æoline vous propose un programme de musique baroque autour de trois compositeurs : G. Ph. Telemann, J.-S. Bach et T. Albinoni.

Telemann a écrit un recueil de 12 sonates dites « méthodiques » et dédiées au violon et à la flûte traversière. L’intérêt particulier – au-delà de la qualité de son écriture – se situe dans l’ornementation que Telemann propose. En effet, on trouve dans chacune des sonates un mouvement composé de deux façons différentes pour la voix soliste : une partie « simple » avec une ligne mélodique très épurée et en parallèle, une partie richement ornée. C’est un témoignage très précieux qui nous permet de comprendre « méthodiquement » comment orner d’autres œuvres de l’époque.

La sonate en mi mineur de Bach est l’un des chefs-d ’œuvres les plus connus pour la flûte traversière baroque. Bach a écrit certaines sonates pour flûte avec clavecin obligé – c’est-à-dire avec une partie d’accompagnement avec toutes les voix écrites – mais ce n’est pas le cas de celle-ci. Seule la ligne de basse nous est fournie et c’est au continuiste de compléter l’harmonie afin de faire entendre toute la richesse et l’expressivité de cette pièce en dialogue avec la flûte.

Il existe deux versions de la sonate en la mineur d’Albinoni : une pour violon et l’autre pour flûte à bec. Les différences sont minimes et sont en lien avec l’ambitus respectif des deux instruments concernés. Ce qui rend cette sonate spécialement intéressante, c’est que H. N. Gerber en a intégralement réalisé le continuo par écrit, alors qu’il était élève de Bach. Les corrections que Bach a ajoutées à la réalisation de son élève nous sont même parvenues. Cela donne un continuo complexe, rythmé et limpide, qui nous est magnifiquement rendu par l’orgue.